Les règles de politesse

Couche bébé en gros
Bébé: les défauts de prononciation
10 février 2016
Lot couche pampers
Le climat éducatif
10 février 2016

Les règles de politesse

Pampers taille 2

La politesse n’est pas une idée dépassée

On entend souvent dire qu’à deux ans et demi, il est encore trop tôt la politesse viendra bien tout seul, avec le temps. Or l’apprentissage des règles est une histoire de longue haleine. Elle demande cohérence et suite dans les idées. L’enfant doit clairement savoir ce que vous attendez de lui dans la situation. Pour ne pas que les règles de politesse lui apparaissent comme des exigences superflues, il est important de les expliquer et d’en limiter le nombre. Certains parents peuvent penser que la politesse est une chose dépassée, un code stérile et hypocrite, et qu’il est bien trop tôt pour embêter leur enfant avec cela. Chacun, bien entendu, élève ses enfants en fonction de ses expériences et de ses croyances. Attention toutefois que l’enfant, devenu grand, n’ait pas à souffrir de la méconnaissance des règles qui régissent la vie en société.

La politesse: une longue patience

Rassurez-vous: tous les enfants sont ainsi. La phase d’apprentissage des règles de la politesse dure des années. Des années de répétitions et d’attente des mêmes exigences. Ce n’est que vers l’âge de six ou sept ans que cet apprentissage commence à porter ses fruits: l’enfant comprend alors à quoi il sert. Mais pour qu’un enfant de sept ans soit poli, ou seulement se tienne correctement, il faut avoir commencé bien avant, autant dire dès la naissance…

Votre enfant n’a pas l’âge de mémoriser les codes sociaux. Il n’en comprend pas l’utilité et n’en ressent pas le besoin. Pourquoi dirait-il bonjour à des gens qu’il ne connaît pas? Pour dire bonjour à ceux qu’il aime, il dispose d’autres moyens: il crie, il court, il va chercher un jouet pour le montrer il intègre l’autre dans une activité partagée lors d’une autre rencontre, ce qui est une façon de le reconnaître et d’abolir l’absence. De même, pourquoi dirait-il au revoir alors qu’il n’a pas du tout l’intention de s’en aller? Lui n’était pas prêt, n’avait pas décidé ce départ. Il n’embrassera pas spontanément s’il est fâché. Le « s’il te plaît » et le « merci » sont plus rapidement mis en place, même si l’enfant n’en voit pas l’utilité immédiate. Exprimer son besoin lui semble bien suffisant, pourquoi rajouter des petits mots qui ne servent à rien?

En tant que parents, vous pouvez expliquer mais n’exigez pas trop. La perfection n’est pas de son âge, aussi est-il inutile de se fâcher si les bonnes habitudes vous semblent longues à acquérir l’essentiel à ce stade est que l’enfant comprenne qu’il s’agit d’un parcours obligé s’il veut vous faire plaisir ou obtenir ce qu’il veut.

Le baiser

Autant je suis favorable au fait d’apprendre aux enfants à dire « bonjour » et « au revoir », autant je suis choquée chaque fois que je vois un enfant contraint à embrasser. Les baisers font plaisir aux adultes bien plus qu’aux enfants. La politesse exige que l’on dise les mots d’accueil et de séparation, mais elle n’impose pas des gestes d’affection que l’on n’éprouve pas. Quel adulte n’a pas le souvenir désagréable de baiser mouillé ou piquant, pris sans être offert? On s’étonne que les enfants, plus tard, ne veuillent plus embrasser personne…

Le baiser est un signe d’affection qui s’offre spontanément, ce qui exclut qu’il soit exigé ou imposé. Ne disons jamais à un petit enfant, l’air faussement affligé: «Tu ne m’embrasses pas? » Il le fera alors pour obéir, et agira en désaccord avec son sentiment réel. N’ôtons pas tout son sens à cet élan d’amour…

Pampers taille 2 New Baby Sensitive avec un voile qui garantit un confort optimal et laisse la peau de bébé plus au sec.

Lire aussi:

Comments are closed.