Les relations mère-enfant

La permission de s'exprimer librement
La permission de s’exprimer librement
12 avril 2016
Couches pampers taille 4+
Des transformations dans le corps de la mère
27 avril 2016

Les relations mère-enfant

Couches taille 1

Il est difficile pour un médecin homme d’écrire sur un sujet si intime, une expérience qui n’appartient qu’aux femmes, et dont il n’a que des connaissances rapportées.

Cependant, il est clair pour tout le monde que les relations mère- enfant commencent bien avant la conception, dans l’imaginaire. Petite fille, vous avez joué à la poupée ; jeune femme vous avez évoqué l’enfant à venir, puis la nécessité d’être mère s’est imposée peu à peu.

Aujourd’hui, vous portez en vous le fruit de votre amour. Vous le sentez bouger, grandir, manifester en votre sein, sensible à votre comportement, réactif à vos sentiments. Déjà il modifie votre intimité la plus profonde. Mais qui est-il? Vous ne pouvez répondre à cette question et vous êtes amenée à imaginer un visage, un caractère, une personne. Vous découvrez l’aube de ses sens, vous devinez son image sur l’écran échographique, éventuellement vous connaissez son sexe, mais le mystère demeure…

Les femmes enceintes sont habitées par deux questions profondes, toujours semblables, qui s’expriment plus ou moins intensément. Mon enfant sera-t-il normal ? Vais-je être une bonne mère ? Ces questions sont toutes deux parfaitement légitimes. La science s’efforce dorénavant de répondre à la première ; la réponse à la seconde est plus liée à l’idée que vous vous faites de l’éducation de votre enfant.

Très schématiquement, on peut dire qu’il existe trois modalités de relations mère-infans.

La voie biologique : le fœtus est branché sur la circulation sanguine maternelle grâce au placenta et il existe des intermédiaires chimiques et neuro-sympathiques par lesquels les deux organismes sont en

relation. En dehors même des répercussions biologiques de l’alimenta­tion, de l’alcool et du tabac, les émotions fortes qui réagissent par une sécrétion hormonale agissent sur le bébé in utero. On sait par l’étude de brebis gestante qu’un stress très violent subi par la mère entraîne des perturbations du fonctionnement cérébral de son fœtus. De tels phénomènes ont été observés chez les femmes enceintes qui doivent, dans toute la mesure du possible, éviter les chocs émotifs importants.

La voie psycho-sensorielle : la relation entre la femme enceinte et son enfant s’établit aussi par ce qu’ils perçoivent l’un de l’autre. La mère sent les mouvements et les réactions de l’enfant à son humeur et à l’environnement, l’enfant entend la voix de sa mère et chacun de ses mouvements, s’habitue à ses manières de parler, de bouger, de le toucher et à l’ambiance générale de la future famille. Un dialogue intime plus ou moins spontané ou développé est fructueux. Il permet la sécurité de base du tout-petit et a de bonnes chances de se renforcer à la naissance.

La voie imaginaire : la troisième modalité est celle évoquée plus haut, c’est-à-dire la manière dont la jeune femme s’imagine dans un rôle de mère, la relation déjà nouée en esprit avec son enfant ; il ne fait aucun doute pour ceux qui s’occupent d’enfants que cette relation fantasmatique va constituer la base des liens à venir entre la mère et son enfant.

La grossesse est une période cruciale, une transformation du corps et la découverte d’un fantastique pouvoir de création, de transmission de la vie, qui donne un sens particulier à votre existence. Ce ne sera plus jamais comme avant. La femme enceinte s’éloigne de sa propre jeunesse et de sa propre enfance; elle se rapproche de sa mère à laquelle elle s’identifie ou s’oppose, et les qualités de cette relation entre la fille et la mère (amour, haine, violence) vont influer sur votre façon de vivre ces 9 mois ; comme d’ailleurs les relations avec votre compagnon, avec vos amis, avec votre entourage et surtout avec l’enfant à venir. Celui-ci est tantôt l’enfant merveilleux, tantôt l’enfant intrus dans le couple.

Tout enfant a été précédé d’un enfant imaginaire. Celui-ci est porteur de l’attente, des espoirs des parents et parfois de toute une famille (enfant unique, génération de filles, génération de garçons, stérilité traitée). Parfois cet enfant imaginaire est censé tout accomplir et tout réparer, un deuil comme une solitude, ce qui n’a pas été vécu ni réalisé. L’enfant réel sera porteur de la conjugaison de ces deux enfants rêvés, de ces deux parts d’imaginaire insufflés par chaque membre du couple. Ainsi les humains font-ils toujours des enfants doubles, êtres de chair et de rêves.

La grossesse correspond à un temps physiologique inéluctable, mais également à un temps d’incubation psychique tout aussi indispensable d’élaboration imaginaire de votre enfant. C’est une période de rêves, de fantasmes, de cauchemars, de merveilleux, où vous vous trouvez entre une certaine rupture avec le passé et un certain prolongement dans le futur.

Couches taille 1 New Baby fournit une sensation douce et confortable autour du ventre, elles sont plus adaptées et plus absorbantes.

Ailleurs sur le web:

Comments are closed.