Seul dans sa chambre?

Couches pampers taille 3 pas cher
L’ambiance des repas
6 juillet 2015
Couche en gros pas cher
Le nourrisson et son médecin
6 juillet 2015

Seul dans sa chambre?

Couche taille 3

La chambre de l’enfant est, par excellence, le théâtre où se jouent les peurs, les fantasmes, les rêves plus ou moins bienveillants, pas étonnant que s’y développent, dans certains cas, des insomnies rebelles et des appels au secours à répétition.

Une chambre à soi: une histoire récente

Dans les temps plus anciens et jusqu’au début du vingtième siècle, il eût été inconcevable, et souvent impossible, de séparer un jeune enfant du reste de la famille. Les chambres étaient communes et les lits également. Chaque enfant partageait le sien, d’abord avec un adulte (un aïeul par exemple), puis avec un membre ou deux de sa fratrie. La solitude était considérée comme néfaste pour le jeune enfant: on savait les craintes nocturnes que sorcières et loups-garous pouvaient engendrer et on les respectait.

Aujourd’hui, au contraire, il est une idée reçue qui dicte l’attitude de bien des parents dans l’aménagement de leur maison : il faut que chaque enfant ait sa chambre. Quitte à ce que les parents, eux, dorment dans le salon. Dès ses premiers mois, souvent, l’enfant dispose d’une chambre personnelle où il dort seul. On le veut autonome très tôt, négligeant parfois au profit de cette autonomie ses besoins de sécurité, de chaleur humaine et de réassurance.

Pourtant, si l’on interroge des frères et sœurs un peu plus âgés, on s’aperçoit qu’ils préfèrent souvent rester ensemble. C’est vrai dans presque tous les cas, mais cela l’est d’autant plus qu’ils sont de même sexe et proches en âge.

Partager la même chambre présente de nombreux avantages

Cela aide à lutter contre les démons de la nuit.

Cela apprend à négocier à faire de la place à l’autre.

Cela double la quantité de jouets disponible.

Cela augmente la solidarité et la complicité entre les enfants.

Cela impose à chacun l’apprentissage du respect de l’autre, de ses affaires personnelles et de ses secrets.

S’endormir en chahutant sous les draps et se réveillera côté de celui qui a partagé son sommeil est une bonne façon de commencer et de finir sa nuit. Les adultes qui vivent en couple le savent bien !

Les jeunes enfants choisissent presque toujours de dormir en laissant ouverte la porte de la chambre : cela montre assez à quel point ils ont besoin de se sentir reliés au reste de la famille, atout ce qui continue de vivre et de respirer.

Et l’enfant unique?

Bien sûr; il y a la question des enfants uniques, qu’aucun frère ni aucune sœur ne peut venir rassurer pour l’instant. Il y a des solutions : peluches, veilleuses, aménagements divers. Il y a des parents d’enfant unique qui refusent de laisser l’animal familier dormir avec leur enfant, alors que celui-ci dispose d’un lit ou d’une chambre de taille suffisante, au nom de principes d’hygiène ou d’éducation. Pour ce qui est de l’enfant, il est certain qu’il se sentirait plus en sécurité donc moins la proie des angoisses de la nuit avec un animal familier, son copain de jeux, au pied du lit.

Un apprentissage au respect

D’autres parents craignent, si deux ou trois de leurs enfants partagent la même chambre, que cela n’engendre un nombre important de conflits, lié au non-respect de l’espace de l’autre. Une bonne idée consiste à ce que chaque enfant partageant la chambre ait un coin à lui (bureau, étagère ou tiroir), inaccessible aux autres (par respect ou par clé). On peut aussi séparer la chambre par une cloison symbolique: étagère ou store coulissant, ou encore construire une mezzanine.

Pourquoi séparer des enfants qui préfèrent rester ensemble dans la chaleur même conflictuelle, de la fraternité? À cet âge, ils ne sont pas demandeurs de solitude mais de vitalité. Vous avez autant de chambres que d’enfants? Transformez-en une en salle de jeux…

Couche taille 3 Active Baby est une  couche douce, absorbante même pendant la nuit, c’est très pratique avec sa bande de couleur pour signaler si pipi et à quel degré.

Ailleurs sur le web:

Comments are closed.