avril

Vers l’âge de douze ans, ma fille Lauren se mit à dire des gros mots. Chaque fois, je la reprenais en lui demandant de parler poliment. Jusqu’au jour où elle choisit de me tenir tête :

– Toi aussi, il l’arrivait de dire des gros mots. Alors pourquoi pas moi ?

Je lui répondis qu’en tant qu’adulte je savais dans quelles situations je pouvais me permettre ces écarts

de langage, ce dont elle n’était pas encore capable à son âge. Mais elle ne l’entendait pas de cette oreille. Tous ses camarades juraient dans la cour de récréation et elle ne voyait pas pourquoi elle n’en ferait pas autant à la maison. En parfaire préadolescente assoiffée de liberté, elle voulait me défier :

–    Je refuse d’arrêter.

  • J’ai bien compris que tes petits camarades employaient des gros mors, mais je te dis que ce n’est pas bien.
  • De toute façon, tu ne pourras pas m’en empêcher.
  • Je ne peux certes pas t’en empêcher quand je ne suis pas là, mais je peux t’empêcher de le faire devant moi. Je ne veux entendre que de jolis mots dans ta bouche.

–    Et si je refuse ? Qu’est-ce que tu vas faire ?

–    Je te demanderai d’arrêter et de surveiller ton langage.

–    Et si je refuse malgré tout ?

–     Si tu continues, tu devras purger un temps mort. La discussion s’arrêta là. Nous restâmes quelque

peu en froid le reste de la soirée, mais tout rentra dans l’ordre dès le lendemain.

Quelques jours plus tard, dans la voiture, Lauren recommença à jurer en évoquant une personne qu’elle détestait. Ma réponse fut la même :

  • Je ne veux pas que tu parles comme ça devant moi.
  • Mais c’est si dur de s’en empêcher, répondit-elle. Tous mes copains le font. C’est plus fort que moi. Parfois, il faut que ça sorte.
  • Écoute, voici ce que je te propose. Je veux que tu fasses de ton mieux pour rester polie en ma présence. Si, exceptionnellement, tu sens que ça te démange, que tu dois à tout prix dire des gros mots pour soulager ton cœur, je veux bien que tu le fasses mais à une seule condition : que ni m’en demande l’autorisation. Te souviens-tu, dans Star Trek, comment l’équipage demandait au capitaine Kirk la permission de parler librement ? Eh bien, nous allons faire pareil. Tu me poses la question, et je te dis si le moment est bien choisi pour parler ainsi. Cette méthode a fonctionné à merveille. Quand Lauren meurt d’envie de dire des choses vulgaires ou méchantes, elle me demande à l’oreille : «Je peux parler librement ? » et je lui donne le feu vert si les circonstances le permettent. De cette manière, elle a appris à contrôler ses émotions et à surveiller son langage en société.

Equipement bébé, couche t3 Sleep & Play pour les mamans qui veulent faire attention à leurs dépenses. Elles vous offrent l’absorption Pampers à un prix abordable,sont ultra absorbantes grâce au voile qui capture l’humidité et la tient éloigner de la peau du bébé.

Lire aussi:

12 avril 2016
La permission de s'exprimer librement

La permission de s’exprimer librement

Vers l’âge de douze ans, ma fille Lauren se mit à dire des gros mots. Chaque fois, je la reprenais en lui demandant de parler poliment. […]
12 avril 2016
Couches pampers micro

Rendeurs inutiles

maman a pris du poids pendant la grossesse, plus la cellulite est à craindre. Elle n’est pas forcément liée à l’obésité, mais l’excès de poids favorise […]
5 avril 2016
Couches pampers active fit taille 4 +

La forme du crâne

Au cours de tout accouchement, même le plus normal, de nombreux petits incidents mécaniques peuvent survenir au niveau du crâne. Ils sont dus aux pressions exercées […]
5 avril 2016
Couches en promotion

La fécondation

Le film de la rencontre des gamètes D’un côté, « dame ovule » a fait sa toilette chromosomique en préparation d’une rencontre ; de l’autre, une poignée […]